Home » La revue de presse » Fraise chirurgicale

Fraise chirurgicale

article rédigé par Philippe Tramba MCU-PH, Université Paris Descartes Service Odontologie, Hôpital Charles Foix, AP-HP Le quiz d'aujourd’hui a comme objectif de rappeler quelques principes essentiels de l’acte chirurgical, même lorsqu’il peut être considéré comme “simple”. Parmi plusieurs recommandations, trois points semblent se dégager : le respect des tissus parodontaux environnants, le respect de la table osseuse vestibulaire et le respect des principes chirurgicaux essentiels. Pour cela, une analyse globale de la situation est toujours nécessaire. Elle concerne les examens clinique et radiographique, le patient et son propre contexte (qu’il soit médical ou psychologique), l’équipe du cabinet (praticien et assistante), la capacité du praticien à mettre en œuvre la séance chirurgicale (compétence, expérience) et le plateau technique et instrumental. C’est ici que se situe l’utilisation de la fraise chirurgicale Komet H162ST 314 016. La forme spécifique de cet instrument rotatif semble apporter un confort d’utilisation par l’efficacité de coupe et la diminution des vibrations ressenties (utilisation sur turbine). Il est disponible pour micromoteur grande vitesse et pièce à main avec court et long mandrin.

Votre score :  

Verdict :  

 

Démonstration en image

situation1   situation2   situation3

Question 1

Non. Quelles que soient la marque et l’origine de la fabrication, tout est différent. Ces différences se retrouvent au niveau de la qualité des matériaux, de leur calibration (surtout pour les grandes vitesses), de leur résistance à l’usure, aux cycles de stérilisation et à leur design travaillé et conçus pour associer efficacité et précision de coupe.

Question 2

Oui et non, car ces fraises ne conviennent pas à tous les matériaux, ainsi elles ne permettent pas de couper les différentes coiffes prothétiques sauf celles en or. En revanche, elles sont adaptées pour découper l’amalgame et les composites. Ainsi, les reconstitutions faites par matériaux foulés ne sont pas une contre-indication à l’utilisation de ce type de fraise contrairement aux matériaux coulés autres que l’or (qui ne se retrouve que très rarement aujourd’hui).

Question 3

Oui. Pour cela, chaque praticien a ses habitudes d’utilisation. Je travaille pour ma part avec de très grandes vitesses avec mandrin Fg (turbine), mais la gamme répond à toutes les demandes.

Question 4

Oui et non. Elle permet d’effectuer une séparation de racine, une fenêtre osseuse et une chirurgie apicale avec résection d’apex. Concernant l’alvéolectomie, en cas d’ankylose et sur tous les points qui lui sont associés, il semble préférable d’utiliser des instruments chirurgicaux plus fins avec une partie travaillante moins longue pour plus de précision et surtout minimiser la perte osseuse (voir la situation clinique n° 3).

Question 5

Oui. Même si les instruments classiques ont fait leurs preuves, il est toujours possible de les améliorer. Au fil du temps, les fraises à os ont subi de nombreuses évolutions et la géométrie des lames a été améliorée en permanence. Le nouveau design ST de Komet s’inspire des fraises utilisées en craniotomie, avec une sensation de coupe améliorée se traduisant par un confort et une efficacité sans les microvibrations anarchiques que l’on peut rencontrer (sur turbine). Article paru dans l'Information Dentaire

Regardez aussi

Mucosite autour de l’implant de 45

La maintenance implantaire : pourquoi est-elle indispensable ?

  Grâce à l’évolution des techniques et des biomatériaux, il est aujourd’hui de plus en …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *